07 novembre 2014

Sans titre, chapitre 4

- C’est bon ? T’as fini dans le jardin ?- Tout est ok pour la pendaison. J’ai sorti tous les sièges disponibles, la musique ; j’ai même mis les guirlandes lumineuses de noël !- Les guirlandes de noël ? T’es sûr de toi sur ce coup là ?- Affirmatif, chef ! Ca va swinguer dans les arbres. Il ne manque plus que la crémière.Antoine enlaça Clotilde, ses mains autour du cou faisant office de corde. Elle fit mine de succomber. Il la souleva et la déposa au dos de la maison. La morte ressuscita, découvrit leur jardin subtilement décoré,... [Lire la suite]
Posté par FredHuguet à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2014

Sans titre, chapitre 3

Nîmes conservait toute l’année une allure de gros bourg provincial. La Feria de Pentecôte et quelques rares événements excitaient sa léthargie le temps d’orgies gavées de touristes, de pastis, et de sang. La ville tout juste ranimée par l’électrochoc taurin, le soleil reprenait son chant indolent, distillait goutte à goutte son filtre languide. Nîmes grimpait alors vers l’été de plus en plus lentement. L’orsqu’août arrivait, la chaleur paralysait la cité. Plus un nîmois n’y siégeait. Innocents du danger, les touristes affluaient au... [Lire la suite]
Posté par FredHuguet à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2014

sant titre, chapitre 2

Malgré sa promesse à Clotilde de défaire les cartons, Antoine se lia d’amitié avec le transat et ne le quitta pas de tout l’après midi. C’était si bon un jardin ! Les bonnes résolutions avaient capitulé sous les coups assommants du soleil. La sieste s’étirait à l’ombre du figuier, se répandait au delà du temps accordé. Un soupçon de lucidité poussa l’indolent voyageur à traverser la cour saturée de lumière pour plonger à l’aveugle dans la nouvelle maison. Antoine tâtonna jusqu’au frigo, attrapa une bière pour se remettre de la... [Lire la suite]
Posté par FredHuguet à 22:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 mai 2014

Sans titre, chapitre 1

Dehors, il faisait chaud, trop chaud. Edmond souriait. Dans son auto climatisée, l’air frais dansait au son de la musette. Simone grelottait, marmonnait. L’accordéon couvrait ses jérémiades. Il était une fois toute une vie bancale. Lors de son premier bal Simone trébucha sur Edmond. Candide, la petite paysanne se laissa étourdir par une valse dont elle ne savait pas que s’y font les bébés. Elle le suivi, timide, naïve, ensorcelée par les mots enchanteurs d’un jeune homme dont les yeux souriaient.Ses frères l’ayant toujours roué... [Lire la suite]
Posté par FredHuguet à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]